Le festival Pause Guitare célèbre la francophonie en musique

M, IAM, Shaka Ponk, mais aussi Ben Harper et Scorpions… Voilà un menu dont le festival albigeois Pause Guitare pouvait se féliciter, pour sa 23eédition ensoleillée. Si de nombreux artistes de la variété internationale étaient présents, c’est pourtant la « programmation à 90% francophone » de la manifestation que veut mettre en avant son fondateur, Alain Navarro.

« J’aime l’idée qu’on n’est pas seuls à construire une histoire », confie-t-il pour expliquer la présence, dans son festival, d’artistes francophones venus des quatre coins du monde: Acadie, Québec, Suisse et Belgique. Des artistes confirmés dans leurs pays, et dont l’originalité n’a pas fini de surprendre le public français, à l’image des Hôtesses d’Hilaire qui ont enflammé l’auditoire de la grande scène « Pratgraussals » jeudi soir, avant de céder la scène à Matthieu Chédid.

Le français, « langue de la liberté »

La francophonie dont la jeunesse, aussi, déborde de singularité. Une jeunesse à qui le festival entend donner accès à un peu plus de lumière, à travers la remise d’un prix dédié, le tremplin « Magyd Cherfi », du nom de l’artiste occitan et ancien chanteur de Zebda. Fier de porter ce prix – remis cette année au chanteur Matéo Langlois –, Magyd Cherfi raconte à France24 son amour pour le français, « langue de la liberté, langue de la révolution ».

Pause Guitare, festival à taille humaine, donne sa place à tous les artistes, des internationaux aux locaux, du jazz au rock en passant par le hip-hop. Pour patienter jusqu’à l’année prochaine, retrouvez bientôt les interview deM, Hyphen Hyphen et Ben Harper, rencontrés lors du festival, sur le site de France24.

Source

Related Post