« Sérotonine » de Michel Houellebecq, présage du mouvement des Gilets jaunes

C’est un ouvrage sombre et poignant que nous livre Michel Houellebecq pour cette rentrée. Dans « Sérotonine » (Flammarion), l’enfant terrible des lettres françaises plonge ses lecteurs au cœur de la France rurale. Écrit avant l’apparition des Gilets jaunes, le roman semble avoir anticipé ce mouvement qu’aucun responsable politique n’avait vu venir.

L’écrivain, qui a récemment fait l’éloge du protectionnisme de Donald Trump, tire à boulets rouges sur la politique libérale de l’Union européenne coupable à ses yeux de tous les maux.

Malgré les scènes pornographiques (l’éloge de la fellation voisine avec la description d’un « gang bang » canin, on croise un pédophile allemand…), le roman de Michel Houellebecq est éminemment romantique.

Outre la description d’une impitoyable violence sociale, le cœur du livre nous parle d’une violence intime tout aussi terrible : celle d’un homme égoïste que l’échec de sa vie amoureuse a conduit à la dépression. On sort de sa lecture bouleversé.

Le romancier n’avait rien publié depuis le polémique « Soumission », paru il y a quatre ans, le jour même de l’attaque contre Charlie Hebdo. Toutes éditions confondues, cet ouvrage s’est écoulé à près de 800 000 exemplaires.

Bénéficiant d’un tirage exceptionnel de 320 000 exemplaires, le septième roman de l’écrivain français parmi les plus connus et traduits à l’étranger, est d’ores et déjà quasiment assuré de devenir un best-seller européen. Il sortira en Allemagne le 7 janvier et en Italie le 10.

« Prophète des Gilets jaunes »

Le livre a déjà fait beaucoup réagir la presse internationale qui voit en lui le « prophète des Gilets jaunes ». Michel Houellebecq est « de retour avec un roman qui met en lumière la colère qui couve depuis longtemps dans les provinces françaises », relève The Sunday Times. Pour le journal espagnol El Pais, « une des scènes centrales est le blocage d’une autoroute par des agriculteurs en colère contre Paris (…) et l’Union européenne, ‘grande pute’, selon les mots du narrateur. La protestation se termine par un affrontement sanglant avec la police, comme si le sismographe houellebecquien avait anticipé » les heurts qui ont marqué l’actualité des derniers mois.

L’écrivain ne fait rien de moins que « prédire le destin tragique de la civilisation occidentale », estime de son côté The Telegraph.

Après avoir longtemps considéré « les convictions anti-libérales du plus grand auteur français du moment » comme un « gadget littéraire », l’hebdomadaire allemand Die Zeit affirme pour sa part que « maintenant, il faut le prendre au sérieux ».

En Italie, où ses romans sont régulièrement en tête des ventes, le Corriere della Sera estime que « le plus grand écrivain français vivant réalise le miracle de mettre sa gêne, son écœurement envers le monde contemporain au service de pages émouvantes ». « Dans Sérotonine comme dans aucun autre de ses romans, Houellebecq s’avère être un grand romantique, une qualité pas toujours reconnue ».

Avec AFP

Source

Related Post